Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 Jun

Comédie française

Publié par Daniel Bourgeois

  Un Molière pour les Zurbains !

C'est à l'unanimité du public que les Zurbains se sont vu attribuer un Molière pour leur interprétation de Comédie française.

Ceux pour qui Molière signifie théâtre classique ennuyeux ont vite vu la différence. Molière revisité par l'inventive mise en scène de Chantal Mairet, ça déménage !

Portés par le texte auquel il ne manque pas une virgule, les comédiens font preuve d'un dynamisme jubilatoire et communicatif.

ComF003--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

Petits Marquis, Vicomtes et Précieuses sont les cibles favorites et les répliques font mouche.

ComF004--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

ComF005--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

Serviteurs et laquais ne sont pas tendres avec leurs maîtres dont les travers sont raillés avec férocité.

ComF006--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

ComF008--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

Les textes sont extraits de 4 pièces de Molière : Les Précieuses ridicules, les Femmes savantes, l'Impromptu de Versailles et la Comtesse d'Escarbagnas.

 

ComF009--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

ComF010--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

  Actrices et acteurs prennent un plaisir visible et interprètent leurs rôles avec brio.

ComF012--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

ComF014--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

ComF016--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

ComF017--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

Les scènes sont séparées par un intermède dansé très rock, ponctuation qui ancre bien ce spectacle dans le monde actuel.

ComF011--Resolution-de-l-ecran-.JPG


ComF019--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

ComF020--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

ComF021--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

ComF022--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

Cette version dépoussiérée du théâtre classique a conquis le fidèle public du Foyer Rural.

ComF002--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

Pas de doute : les Zurbains (17 acteurs et actrices) et Chantal Mairet ont rendu un grand service à la merveilleuse langue de Molière.  

Commenter cet article

Archives