Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 Oct

CHANSONS VASTES COMME LE MONDE

Publié par Daniel Bourgeois

CHANSONS VASTES COMME LE MONDE

La Compagnie "Va Savoir Pourquoi", de Besançon, est déjà venue à 2 reprises dans notre salle. En 2011, Sandrine Bouvet était accompagnée de Michèle Faivre pour le duo vocal " 2 Têtes en l'Air". Puis en 2015, elle a joué son spectacle solo "Ma Vie Rêvée", qui racontait les déboires d'une candidate à un concours de chansons télévisé.

Cette fois, c'est en compagnie de Fred Aubry, chanteur du groupe Alfred Massaï, que Sandrine nous a proposé "Chansons Vastes comme le Monde".

 

 

CHANSONS VASTES COMME LE MONDE
CHANSONS VASTES COMME LE MONDE
CHANSONS VASTES COMME LE MONDE

La plupart d’entre nous reviennent de voyage avec des photos ou des produits gastronomiques. La très enjouée Canelle, elle, revient avec des chansons. Elle veut les faire jouer à Hubert, musicien classique un peu coincé. Cette opposition de caractère donne du piment au spectacle.

Les 2 très belles voix de Sandrine Bouvet et Frédéric Aubry sont accompagnées à la guitare et au violoncelle ainsi que par de nombreuses percussions. Comédienne de talent, Sandrine Bouvet donne à son personnage beaucoup d’énergie et de drôlerie.

CHANSONS VASTES COMME LE MONDE
CHANSONS VASTES COMME LE MONDE
CHANSONS VASTES COMME LE MONDE
CHANSONS VASTES COMME LE MONDE

Entre le musicien classique un peu bougon et la chanteuse fantaisiste, les répliques fusent mais la musique en sort gagnante.

Les souvenirs de voyages font revivre des personnages hauts en couleurs et nous font entendre des chants traditionnels d’Ukraine, de Roumanie, d’Espagne ainsi que des chansons de Boris Vian, Boby Lapointe, Claude Nougaro et Fred Aubry, lui-m^me compositeur.

CHANSONS VASTES COMME LE MONDE
CHANSONS VASTES COMME LE MONDE
CHANSONS VASTES COMME LE MONDE
CHANSONS VASTES COMME LE MONDE
CHANSONS VASTES COMME LE MONDE

Le public, sous le charme, a obtenu 2 rappels mérités des 2 artistes  généreux et talentueux.  

 

Crédits photos : Thierry Mathey et Dédé Siclet

Commenter cet article

Archives