Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 Mar

REGUZON 2014

Publié par Daniel Bourgeois

REGUZON 2014

REGUZON 2014 avec MAGGY BOLLE

Une nouvelle fois, le Réguzon affichait complet, signe que cette soirée a des spectateurs fidèles, confiants dans la qualité de la programmation.

On s'affaire à la cuisine pour que les convives soient servis rapidement.

REGUZON 2014
REGUZON 2014

Dès la première chanson, le ton est donné. Maggy n'est pas venue chanter des bluettes sentimentales. Elle ne fait pas dans le politiquement correct, elle mêle la dérision et l'autodérision, et balance entre 2 chansons quelques vannes bien senties.

REGUZON 2014
REGUZON 2014

Maggy ne s'interdit aucun sujet (la mort, le sexe) et si elle dit les choses parfois un peu crûment, elle nous assène en fin de chanson un sourire malicieux de celle qui est contente de nous avoir joué un bon tour. Et ça marche !

REGUZON 2014
REGUZON 2014
REGUZON 2014

On sent bien que la société comme elle évolue ne lui convient pas beaucoup. Alors elle s'en donne à coeur joie et nous dépeint avec férocité des personnages pas toujours reluisants (La bouche en cul d'oie, La connasse d'en face). Les djeun's et les vieux (Pépé, Ta grand-mère) y passent aussi mais on sent bien que la tendresse n'est pas loin. Car elle a un coeur gros comme ça , la Maggy, mais elle ne veut pas que ça se voie. Elle peut même se montrer très grave avec une magnifique chanson "J'ai vu des hommes", écoutée avec une grande attention par une salle émue. Elle était accompagnée par Max, multi-instrumentiste de grand talent, qui habille ses chansons avec finesse et délicatesse.

REGUZON 2014
REGUZON 2014
REGUZON 2014
REGUZON 2014

Philppe Détot assurait avec compétence la sonorisation et les lumières du spectacle.

REGUZON 2014

Ce n'est qu'après plusieurs rappels que Maggy est sortie de scène, sous les ovations du public, ravi d'avoir découvert une chanteuse de grand talent, prolifique et inspirée. Elle sortira bientôt son 3ème CD.

REGUZON 2014

Crédits photos : Jean-René Siclet

Commenter cet article

Archives